[FanFiction] Le chant du cygne, partie 1

Postez ici toutes vos créations sur le thème de Maliki (ou pas)

[FanFiction] Le chant du cygne, partie 1

Messagepar Healar le 26 Jan 2007, 17:35

Les ténèbres nous entourent. L’orage gorge de sa pluie les mottes de tourbe détrempées formant notre unique terre ferme dans le marécage sans où nous progressons. Les lunes et les étoiles masquées par les nuages noirs ne peuvent empêcher la nuit de sombrer dans les ténèbres les plus totales, d’où elle n’est tirée que par la lumière crue d’un éclair soudain.
Menant le groupe, je progresse, penché, essayant de rester le plus discret possible, ce que la boue qui m’engloutit les pieds ne rend que plus difficile. Les autres suivent, sans se plaindre, chacun ne distinguant des alentours que de maigres touffes de verdures flottant sur l’eau stagnante et les plus proches membres de notre petite compagnie.

Mais, nous l’observons tous, la tension monte. Tout le monde se surprend à donner des coups d’œil furtifs à droite comme à gauche, guettant l’ennemi dont notre instinct nous crie la présence. La tension, voilà tout. Cette angoisse est absurde : nulle part il n’y a d’endroits pour se cacher dans un tel paysage, et comme pour nous, les brefs instants de clarté concédés par la nuit aux éclairs ruinent toute tentative de discrétion. Mais voici que la pluie tend à cesser.
J’enlève mon chapeau de feutre vert détrempé et ôte mes cheveux de mon visage. Il me semble apercevoir quelque chose non loin, au travers de l’obscurité. La lumière d’un dernier éclair traverse l’espace et je vois soudain à quelque distance un vaste bosquet de hauts arbres sombres serrés et de forme parfaitement circulaire, planté là sans préavis au beau milieu du marais. Nous y sommes : la cible est à notre portée, la mission commence enfin.


Mais quelle épopée pour en venir là ! Cette mission cache un coup fourré, je le sens depuis le début. Nécessité fait loi, et malheur à qui s’y expose. Enden dit que ce contrat nous permettra de sauver la Compagnie, en nous assurant or et protection, ainsi qu’un peu de cette reconnaissance dont elle a tellement besoin. Tout féca et meneur qu’il soit, Enden peut se montrer extraordinairement crédule quand il veut croire en quelque chose, mais pour une fois j’ai envie de croire en ses rêves. D’autant plus qu’il n’a pas tout à fait tort : si le client est fiable, la Guilde des Affranchis, ou Compagnie, y gagnera un protecteur et les moyens de son renouveau.

La Guilde…..
Elle a tant fait pour nous que nous lui devons bien ce service. La Compagnie accueille en son sein tous ceux que les autres nomment renégats, traîtres, rebelles ou même les hommes du commun, pour peu qu’ils sachent se battre et que la Guilde ait besoin d’eux. Les Affranchis ne peuvent plus être jugés que sur leurs actes présents et à venir, car leur passé est oublié. La Guilde n’impose qu’une seule chose : que l’admis respecte à jamais la parole donnée en toute liberté, fusse au prix de son existence mortelle. Quiconque ne respecte ce principe devient cible, et plus jamais ne sera Frère. Ainsi sont les mercenaires de la Guilde.

Mais cet oubli qu'offre la Guilde, elle ne peut l'imposer au monde. C'est pourquoi sans relâche la Guilde protège ses membres, contre tout et tous, et ce à n'importe quelle prix. Notre principe le plus cher, et notre malheur.... A défendre quiconque contre tous, malgré la réputation d'excellence et de droiture acquise au fil des ans par la Compagnie, nous sommes devenus parias. A quoi servent donc des mercenaires dont la venue n'est tolérée nulle part? Qui veut de protecteurs dont la présence seule suffit à déclencher l'hostilité? Bonta, Brâkmar, Amakna, Sufokia, tous nous bannirent de leurs terres. Et Astrub ne nous tolère plus qu’à peine.

Astrub......
À errer sans but et sans le sou dans ses sombre ruelles, j’ai cru devenir fou ! La Guilde se disloquait déjà : il ne restait plus que nous, le noyau dur, les vétérans, restés par fidélité aux Affranchis et à leurs principes. Urkan avait décidé, fort de son prestige dans la Compagnie, d’emmener une quinzaine de Frères, laissant l’autre moitié de nos effectifs avec Enden. Il pensait pouvoir plus facilement trouver des contrats en se séparant, mais rien n’y fit, les tofus apportaient toujours le même message : pas de travail en vue. De notre coté, les biens de la Guilde s’étiolaient de jour en jour, et bientôt nous vendîmes la maison, foyer historique des Affranchis. Tous nous ignoraient, jusqu’à la venue du client.

Couvert des pieds à la tête de sa grande cape bleu sombre, c’est lui qui nous trouva. Alors que je rentrais tard avec Enden de notre habituelle quête d’employeur, il émergea d’un sombre passage, sortant de l’ombre à pas mesurés, les fils d’argents brodés sur les bords de son vêtement scintillants sous le faible clair de lune. Quand nous l’avons remarqué, j’ai d’un éclair pensé à un assassin, venu pour assouvir la vengeance de quelques témoins de nos passés. Mais quand il parla, sa voix nous fit passer de la méfiance à l’incrédulité. « J’ai besoin de vous et de vos services. Venez . » .

J’ai souvent côtoyé les srams, et j’ai tout de suite pensé qu’il en était un. Le fait même qu’il nous propose un contrat me paraissait suspect, mais au vu de notre situation, nous ne pouvions refuser une offre! Il nous emmena dans une taverne proche, et nous fit asseoir au fond dans la semi pénombre d’une table isolée et embrumée. L’établissement était fréquenté, mais ce coin obscur de la salle n’attirait à lui que les amateurs de discrétion, mais la sécurité y régnait toutefois, due au nombre de témoins qu’aurait un litige trop mouvementé. Rassurés par le lieu, Enden et moi reportâmes toute notre attention sur le sram.

Parlant d’une voix basse, mais néanmoins assez forte pour couvrir les bruits alentours sans pour autant dispenser ses paroles à nos maigres voisins, il entama la conversation : « Je connais vos compétences comme votre situation. L’affaire que je vous propose sera lucrative, soyez en sûr ! » .
« Mais également dangereuse je présume ? » intervint Enden.
« Si vous nous connaissez, vous devez également connaître nos tarifs, et même si il est vrai que nous ne sommes pas dans des jours fastes, la Guilde conserve ses compétences. Que proposez vous ? » .
« Un séjour dans la forêt sombre Abraknyde, répondit-il, en vu de rendre une visite tout sauf de courtoisie à une vielle connaissance quelques peu embarrassante. »

« Voyez vous, il y a peu encore c’était un des seigneurs de Brâkmar, le plus érudit d’entre eux d’ailleurs, et fervent adorateur de Djaul. Si fervent qu’il créa une secte, considérée à Brâkmar même comme une assemblé de fanatiques dangereux. Ils prétendaient que notre position d’infériorité vis-à-vis de bontariens était le signe que Djaul ne trouvait pas nos efforts dignes de lui, et qu’il souhaitait ainsi savoir qui était un authentique fidèle de qui n’était qu’un vil converti. Bien sûr, lui, et ses Servants comme ils s’appelèrent, prétendaient être les seuls et uniques dignes de la considération de Djaul. Jusqu’à récemment, ils se contentaient de lancer des harangues contre Bonta et les convertis. Mais une fois, un ami ayant de relations dans des cercles restreints m’avoua qu’il recevait de temps à autre la visite nocturne, lors de leurs réunions, de ceux qu’ils appelaient les « Emissaires», apparemment des maîtres Corbacs. Mais récemment… »

« Ils ont tous disparu »
, interrompit Enden.
« La Guilde a beau être en mauvaise passe, ses oreilles n’en n’entendent pas moins. Néanmoins, je vois mal le rapport concret avec notre présente mission. Vous êtes la seule et unique raison pour laquelle nous la ferons. Vous et votre or. »

« Tout ceci à son importance, vous verrez »
répondit-il d’un ton légèrement agacé.
« Il se trouve que peu avant de disparaître, les Servants annoncèrent la découverte d’une prophétie de Djaul, à propos d’une « nouvelle Brâkmar fidèle dominant Amakna en Son Nom ». L’annonce de cette découverte fut étouffée par les autres seigneurs de Brâkmar, au cas où elle se révèlerait exacte. Ils sommèrent donc les Servants de les laisser examiner le manuscrit, mais quand l’ultimatum arriva à expiration, on s’aperçut qu’ils s’étaient envolés la nuit suivant leur déclaration. Ils n’avaient apparemment rien emporté d’autres qu’habits, armes et vivres et n’avaient rien dit à leurs proches, si bien que nul ne savait où ils partaient. Mais je sais où ils seront et quand. Dans cinq jours au cœur de la forêt sombre, ils doivent procéder à une cérémonie. Tuez leur meneur et vous aurez rempli le contrat.»

J’étais de nouveau suspicieux. La forêt sombre abraknyde? Une prophétie? Cette affaire me paraissait aussi alléchante qu’un poisson ayant séjourné cinq jours sur les routes en été. Elle était probablement inventée de toutes pièces et si elle ne l’était pas, c’était le style sans tache d’une embrouille de laquelle les survivants n’auraient droit qu’à un souverain mépris, et surtout pas à une quelconque somme d’or! Enden lui-même paraissait plus que douteux.

« Quelles garanties apportez vous ? » dit-il.
« Ce contrat me semble fort être un de ceux qu’on ne réussit qu’en mettant un pied dans la tombe. Non pas que nous répugnerions à le faire ci cela s’avérait nécessaire mais les morts n’ont cure de l’or, et ne viennent pas réclamer leur dû. »

«Vous serez payés dès l’instant où vous prêterez le serment d’accomplir cette mission. C’est pour cela que je vous ai choisi pour accomplir ce contrat : vous ne vous battriez que mieux s’il s’agit d’honorer une parole donnée et étant sûr de profiter de votre rétribution. C’est pour cela que c’est la Guilde que j’ai retenue pour ce contrat : vous êtes, je pense les seuls à qui je peux proposer ainsi ce marché, sur ma seule foi en votre promesse.
- En ce cas payez directement la Guilde : je ne voudrais pas que nos biens soient saisis à l’annonce de notre mort, et qu’un haut personnage ne vienne réclamer à corps et à cri une importante somme, retrouvée par un étrange miracle parmi les possessions terrestres d’un groupe notoirement ruiné. Mais combien débourseriez-vous pour cette mission ?»

«La Guilde n’aurait-elle pas davantage besoin d’un protecteur ? L’influence que je pourrai exercer sur le destin de votre organisation vous lui sera, je pense, on ne peut plus profitable. Comme je l’ai dit, beaucoup de mes amis fréquentent des cercles restreints, et nombre de mes débiteurs ne seront que trop contents de pouvoir se débarrasser d’une dette astreignante en échange de quelques services. La Guilde gagnerait à être protégée dans l’ombre, et à de nouveau être accepté dans les grands lieux d’Amakna. Mais autrement, vous y gagneriez quelques 600 000 kamas. »


Le tout avait été dit avec le plus grand calme, sans qu’une émotion ne transparaisse dans la voix de notre interlocuteur. Une telle somme! Payée d’avance qui plus est ! Même si ses promesses de réhabilitation et de protection n’étaient que des paroles au vent, le montant promis méritait que l’on y sacrifie sa vie! Enden répondit que seul il ne pouvait s’engager pour tous, mais il savait tout comme moi que la Compagnie se joindrait à nous s’il lui en donnait la permission. Il nous fallut donc refuser nombre de propositions, et pour finir le reste des 7 membres du groupe pour la mission durent être tirés au sort, sauf pour Eora, la seule éneripsa étant restée à Astrub. Ainsi constitué, le groupe prêta serment à notre employeur de mener bien la tâche qu’il nous avait confiée. Entre Enden et Eora, je faisais la promesse d’une voix forte de sacrifier au besoin ma vie.

La reconnaissance envers autrui pouvait-elle donc être néfaste ?

Dans la boue et le froid, au pied du mur, je pense à la vie que je vais peut être perdre dans quelques instants.


To be continued…
Vous vous moquez de moi parce que je ne suis pas comme vous, mais moi je ris de vous car vous êtes tous pareils !
Healar
Artisan
 
Message(s) : 119
Inscrit le : 16 Déc 2006, 18:41
Localisation : A droite à gauche, une énie, ça manque pas d'énergie !

Messagepar Djory le 26 Jan 2007, 21:09

Comme toujours, c'est très bien, on commence à lire et on arrive plus à plus à s'arrêter, rageant que ça finisse si tôt.

A quand la suite ? :P
Etes vous fou ? Non ! Juste MAD !
Image
Avatar de l’utilisateur
Djory
Administrateur - Artillerie lourde
 
Message(s) : 2190
Inscrit le : 29 Avr 2006, 12:16
Localisation : Au kek

Messagepar Ynn le 26 Jan 2007, 22:54

J'ai bien plus aimé cette hsitoire que la précédente, je dois dire. Le côté "sombre et désabusé" colle assez mal avec l'univers de Dofus, mais ça se lit sans difficultés. Une bonne grosse histoire fantasy bien glauque comme on en aime. :)


Allez, au boulot pour la suite! :P

A bientôt. 8)
Image

Deux maître cinquante de délicatesse, sculpté au marteau et au hachoir de boucher. Je signe les autographes à 14h.
Avatar de l’utilisateur
Ynn
Bleu schtroumpf
 
Message(s) : 963
Inscrit le : 01 Mai 2006, 23:17

Messagepar Penther le 27 Jan 2007, 15:06

en tombant sur ce topic je me suis dit "putain c est long, je lirai plus tard"
et puis j ai commencé... et j ai fini
et je veux la suite !!!

bref tu l aura compris, j ai aimé :D
"Je crois que nous avons affaire à un serial player" (S.Karamazov)
Image

°x° Fleya Fanclub °x°
Avatar de l’utilisateur
Penther
Roi du barbec
 
Message(s) : 1706
Inscrit le : 01 Mai 2006, 23:17

Messagepar Pinguinustus Ier le 27 Jan 2007, 21:03

Yeah, j'ai adorée :) c'est vraiment bien troussé :)
Hein ? Comment ça mes paranthèses (très belles et pratiques il faut avouer) rendent mes messages (toujours très intéressants) chiants à lire ?

Image
Avatar de l’utilisateur
Pinguinustus Ier
Pécheur sombre
 
Message(s) : 1048
Inscrit le : 02 Mai 2006, 19:52
Localisation : Beauvais

Messagepar Soho le 28 Jan 2007, 02:12

Bon j ai fini par lire (quand je suis sur dofus j évite , j ai toujours du mp ou du combat enfin bref :p) .


C est très bien écrit , très bon style aussi , ca me donne envie de m y remettre (j en fesais pas mal sur jiva) , m enfin moi c est moins glauque que ca :p .
Image
Avatar de l’utilisateur
Soho
Poil !
 
Message(s) : 189
Inscrit le : 30 Août 2006, 23:57

Messagepar Fourchaise le 28 Jan 2007, 03:54

MMh je trouve que tu changes un peu de style par rapport aux precedents, que j'aimais un peu plus. Mais ca n'empeche pas que je suis curieux de voir la suite :P
-Et si je te te demande en plus des cacahuètes, le costume bleu là qu'est joli et que j'te paie plus tard, tu vas pas me dire que c'est possible?
-CI possible, ci possible!
Image
Avatar de l’utilisateur
Fourchaise
Sale riche
 
Message(s) : 971
Inscrit le : 02 Mai 2006, 00:22
Localisation : A la bibliothèque, en train de lire ses parchos


Retour vers Realisation et Fanarts

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron