Page 1 sur 1

[RP] Germinal

MessagePublié: 06 Jan 2008, 12:07
par Germinal
Lege ou la naissance d'un aventurier ... aventureux :

Les jours de Liege ont commencé dans une vieille cabane en bois, un peu perdue au milieu de la forêt. Là vivaient son père Germilan et sa mère Tartara. Enfin, surtout son père. Liege n'avait jamais connu sa mère, et son père parlait peu d'elle, mais le jeune Ecaflip savait bien, au fond de lui-même, qu'un jour, il avait bien dû naitre. Fort de cette certitude, il avait pu se consacrer très tôt, plein de bonne volonté, à aider son père dans ses tâches de tous les jours.

Son père, donc, Germilan, exerçait, et exerce toujours, quand la maladie de la Zeïmère le lui rappelle, le noble métier de bûcheron. C'est au contact de ce fier et viril Ecaflip que Liege apprit tout ce qu'un jeune enfant doit savoir sur le monde : comment abattre un arbre, quels bois rapportent le plus au marché du Samedi, comment cuire des écorces pour leur donner un succulent goût de semelle, ...
Particulièrement, Liege apprit, avant même de tenir une hachette, avant même de tenir une hachinette, avant même l'épreuve de la célèbre hachouninette, ce qu'était un Trool. Ces créatures, pullulant autour de son foyer, représentaient la plus grosse frayeur de son père. Aussi l'avait-il bien mis en garde. "Vois-tu, fils, les Trools sont dangereux. Ces créatures repèrent leurs proies au mouvement et à l'odeur, aussi dois-tu apprendre à ne pas bouger, même s'ils te piétinent. Pour te préparer à cela, je vais dès aujourd'hui et trois fois par jour, chausser ces mules et te marcher sur la tête. Lorsque tu auras retenu cette leçon, nous nous intéresserons au problème de l'odeur." Ainsi fut fait, et Liege l'Ecaflip acquit bien vite la bonne attitude (ainsi que certains réflexes qui ne manquaient pas dans son enfance, d'amuser les amis de son père à la recherche d'occupation). Pour parer au problème de l'odeur, Germilan eut recours à la technique traditionnelle du bain hebdomadaire dans la bouse de Trool (technique bien connue et qui a fait ses preuves, sauf si la bouse appartient à une Troolette en chaleur, mais bon, on ne peut jamais tout prévoir ...), qui donna à la peau de son rejeton une teinte brune de toute ... bruneté.

Ainsi se passa l'enfance de Liege, au coeur d'activités toutes plus divertissantes les une que les autres (couper du bois, ranger du bois, nettoyer les haches, courir au bas de collines en fleurs, couper du bois).
Mais passées les 15 premières années, Liege commença à se dire que, peut-être, le monde ne se limitait pas à une forêt sous la loi des Trools et une place de marché sous la loi des Bworks. Aussi commença-t-il à questionner son père, avec toute la subtilité dont peut faire preuve un enfant ("Papa, elle est où la bouteille de lait ?"). Face à l'hostilité manifeste de son père, le jeune Ecaflip décida donc de tourner sa curiosité vers les marchands avec qui son père faisait souvent commerce. Décision dont il parla évidemment longuement avec ce dernier ("Vieux con, j'me casse").
C'est dans la fébrilité de ces découvertes qu'il eut connaissance du dieu Sram, qui lui plut aussitôt. Fourbe, racé, blanc et cliquetant, trop le staÿle, se dit-il. Aussi embrassa-t-il aussitôt son culte, au sein d'un groupe quelque peu périphérique, appelé les "Gros Tics".
Cependant, bien vite, l'enseignement de Sram lui parut insuffisant, et il se pencha de plus en plus vers des occupations plus ... classiques : taillage de veines, de dents en pointe, de cheveux en quatre, dessin de nombreux symboles cabalistiques sur son corps avec son propre sang ...
Dans ce contexte, une nuit, alors que ses veines avaient été taillées un peu plus fort que d'habitude, reçut-il la visite de la déesse Sacrieur auréolée d'une grande lumière blanche. Celle-ci le regarda longuement, avec une moue méprisante, puis, avec un petit hochement de tête affirmatif, le martela de coups de poing sur la sienne (de tête), des deux mains. C'est à ce moment que Liege se réveilla, sous les coups de sandale de son père.

Illuminé par cette apparition, Liege fit son choix. Dès à présent, il serait Sacrieur. En hommage à sa décision, il se coupa la queue (n'est-il pas dit que les Ecaflips en ont neuf ?) et prit comme nom Lege. Puis il fit ses adieux à son père ("Marre de toi, vieux naze, cette fois je m'barre !"), et se décida à aller au devant du vaste monde, afin de découvrir et de s'émerveiller face aux trésors que celui-ci ne pouvait que contenir.
Au moment de définitivement quitter le cottage familial, sur fond de soleil couchant et tandis que son ombre se projetait sur la cabane où il avait jusqu'ici vécu, il se retourna et fit à son père cette promesse, qu'un jour il vaincrait un Trool, et lui rapporterait sa corne en témoignage. Sur ce, sans laisser au vieil Ecaflip fatigué la possibilité de répondre, il se précipita dans la forêt, et marcha sur un Trool.

Ainsi Lege perdit-il son premier combat.

Con de jeune.