Page 1 sur 1

[RP] Pingu'

MessagePublié: 22 Juin 2006, 16:23
par Pinguinustus Ier
Il était une fois, dans les grandes plaines du sud d’une planète perdu au milieu des tempêtes Warp de l’univers, un petit bataillon de Slaaneshistes qui venait de se prendre une grosse branloute de la part des elfes noirs présents sur place.
Herr Doctor Malekith, devant le regard implorant d’une petite démonette si jeune et si jolie décida de l’épargner, il se contentera de la torturer un peu.
Ainsi, notre donzelle toute contente de son statut de future-torturée suivit gaiement herr doctor dans son labo secret de Nagaroth.
Les jours passèrent, les nuits passèrent, les saisons passèrent, les années passèrent et un jour, herr doctor se foira en beauté et loupa avec maestria une expérience de génétique sur notre charmante demoiselle qui s’en fut toute chamboulée.
Du statut de bombe sexuelle, elle passa à celui de « truc » bizarroïde... son beau corps de rêve s’était recouvert de plumes noires et blanches et sa belle bouche pulpeuse se retrouva affublée d’un grand bec plus ou moins orange et nous passerons le devenir de ses beaux petons pour éviter de choquer les oreilles en bas âge.
Terriblement vénère (comme dirait la racaille de Feudala), elle assena un grand coup de quelque chose à Malekith qui roula en bas des marches (faut bien des marches sinon la chute dans les escaliers est moins drôle).
La chose décida alors de se trouver un nom car « la bombe » n’était plus vraiment adapté à son nouveau profil.
Frankenstein ? nan, ça fait cliché, robot ? nan, Asimov lui ferait un procès... bref, elle n’avançait guère quand, tout d’un coup, (suspens intenable...) un espèce de raclement venant de la gorge de herr doctor se fit entendre, et trouvant ce bruit gutturale fort plaisant elle décida de s’en faire un nom.
Craignez à présent la fureur de Vrogor (oui je sais il fait des bruits chelous le Malekith), le (la ? et pis on s’en contrefout en fait de la couleur de ses chaussettes...) pingouin sanguinaire !
Le bestiau se trouva deux armes physiologiquement intéressantes et parti, armé comme un pingouin à la conquête de quelque chose tant que ça reste loin de Nagaroth.
Mangils tenta bien de l’arrêter, lui et ses potes mais en vain, ils ne réussirent qu’à se casser les bras, les jambes, le ventre et la tête (alouette !).
On a eu vent de quelques exploits du pingouin en question, selon les rumeurs il aurait raté quatre fois le concours d’entrée à HEC et de dépit aurait sacrifié la secrétaire sur l’autel de Slaanesh. On parle aussi quelque fois de deux-trois missions par ci par là mais sinon on ne connaît pas grand chose de lui si ce n’est son extrême violence et son amour pour son dieu protecteur.
On n’a appris que très récemment que, profitant d’un petit vaisseau de touristes égarés, Vrogor pu quitter sa planète d’origine et alla s’écraser devant la majestueuse porte de la majestueuse cité de Bonta (quel nom majestueux).
Là, recueilli par un gentil milicien, il commença une nouvelle vie, loin des nains et des tapettes elfiques.
Rapidement, il mis de coté sa cruauté naturelle pour la réserver aux quelques brakmariens qu’il croisait de temps en temps et se pris d’un amour fou pour la nièce du milicien anonyme qui l’avait recueilli.
De cet amour incongru entre la nièce d’un milicien, plutôt très lâche sur les bords (il faut bien l’avouer), et une ex-démonette reconvertie en pingouin chaotique à mi-temps, lâche aussi, mais à temps plein, naquît un adorable truc (on appris plus tard qu’il s’agissait d’un Osamodas, ce à quoi la mère répondit que ce n’était pas étonnant, son père ayant eu plusieurs aventures avec plusieurs Osamodas), affublé d’un espèce de costume rouge et jaune (avec écrit « rcl » dans le dos, tout le monde se demandant ce que ça signifie…).
Vrogor choisit de l’appeler Pinguinustus Ier, en l’honneur de sa nature et de sa grande mégalomanie (en fait il voulait que son fils domine le monde, mais chut, il faut rester discret sur ces choses là…).
A l’âge de 4 ans, il déménagea avec ses parents et ses trois frères cadets qui allèrent s’installer à Sufokia, pour respirer le bon air marin du large (et aussi pour fuir la police, mais encore une fois, chut, il faut rester discret sur leurs activités de <s>truands</s> gentilhommes).
Là, il découvrit les joies de la pêche, sport de feignasse qui lui convenait parfaitement.
Sinon, rien de spéciale à dire sur son enfance : école buissonnière, vol de bateaux, braquages à mains armées… une enfance tout à fait normale en somme.
Quand il se maria à l’âge de 57 ans, il quitta ses parent et alla s’installer en ville, à Madrestam, <s>plaque tournante du trafic de cocaïne</s> <s>haut lieu de la prostitution internationale</s> lieu touristique idyllique où il se spécialisa dans l’art du combat de tafiole, technique de combat utilisé par tous les lâches d’Amakna et des provinces alentours qui consiste à invoquer des petites bestioles qui se battent à votre place.
Il fit alors de sa passion pour la pêche son métier, et devint très vite le plus <s>gros bôf</s> grand pêcheur et poissonnier qu’Amakna ait jamais compté !
Quelques temps après, il découvrit que la pêche ne permettait pas de se payer la télé de ses rêves pour voir la coupe des provinces de lancer de crabe et il décida de e lancer dans une autre activité.
C’est au cours d’un voyage à Pandala qu’une idée génialissime lui passa par la tête (vide au demeurant…). Il allait devenir forgeur de bouclier !!!! Métier de rêve pour quelqu’un qui a hérité à la naissance du gène de la fainéantise aiguë de son père et de sa mère.

C’était l’histoire de Pinguinustus Ier, aîné de la dynastie des Pinguinustus, qui règnera un jour sur le monde (dans très longtemps je dirai, au vu de leur fainéantise exceptionnelle).

EDIT : j'ai retrouvé dans mes archive un portrait de Vrogor datant de avant son départ du vieux monde : http://img480.imageshack.us/img480/2699/monhros6mv.jpg

Pour les non-warhammeriens : Slaanesh Malekith

MessagePublié: 14 Déc 2006, 23:33
par Pinguinustus Ier
Bilghaitz vs Torvalds : le vieux con réac’ vs l’autre vieux con réac’
-Les raisons de la haine-


Torvalds, de son vrai nom Nilus Nebedict Torvalds est arrivé en Amakna un beau jour d’hiver, ne suivant que son désir de vivre dans une maison chauffée. En effet, le climat de l’ Hafynlendh, froid, sec et ventu en permanence le rendait souvent malade. Comme tout bon Fÿnoih qui se respecte, le monsieur n’avait jamais froid mais comme il ne pouvais manger que ce qui réussissait à pousser par ce temps (pas grand-chose de très sain en résumé) il chopait souvent une bonne grosse ggästrho des familles…
Jeune disciple de Xelor, il appris très jeune à jouer avec le temps (avec plus ou moins beaucoup de difficultés) et continue encore aujourd’hui à faire joujou avec son aiguille chercheuse préférée ou son petit mouvement horloger ralentisseur adoré.
C’est au cours d’une petite promenade au bord de l’eau qu’il rencontra celui qui allait lui faire découvrir la grande, sainte et unique Maliki, Pinguinusut-Ier. Il resta quelques jours chez ce singulier personnage. Là, il fit également la connaissance de Bilghaitz, conseiller financier (recruté pour faire classe car c’est vrai que c’est la classe d’avoir un conseiller financier perso) de Vrogor (le père de l’autre tafiole de Pinguin, je précise pour ceux qu’auraient pas suivi l’histoire dudit truc). Comme tout bon conseiller financier, il s’en mettait plein les poches le Big Bilou, tout simplement en vendant régulièrement à Vrogor une version un peu moins défectueuse de son système de gestion de compte bancaire (Windowhs, ça veut dire fenêtre en Enutrofion ancien, parce que les utilisateur jettent l’argent par les fenêtres en l’achetant).
Torvalds, un peu moins con que la moyenne familiale s’en rendit très vite compte, prévint aussitôt Vrogor qui s’empresse de jeter le vieux radin dehors.
Ce serait donc de là (rien n’est sûr au jour d’aujourd’hui, la preuve ? notre informateur vient de mourir d’étouffement, on a retrouvé un hameçon dans sa gorge…) que vient la haine incommensurable du vieux barbu pour le nain qui lui rend très bien il faut l’avouer. Pinguinustus Ier, toujours aussi bête, ne s’est jamais rendu compte de rien, pensant que son père avait juste foutu Bilou dehors par plaisir et sans raison et continu donc de plaisanter et vivre tranquillement avec l’un comme avec l’autre.